L'association "Les maraudeurs du bonheur" vient de voir le jour et souhaite, avant tout, organiser des actions régulières afin de créer un lien durable avec les sans-abris et pouvoir distribuer mensuellement des biens de premières nécessités ainsi qu'une aide matérielle et sanitaire. L'association à pour but de créer des moments de partage, du lien social et d'être à l'écoute de leurs besoins.

 

C'est à Igny, commune du 91, qu'une partie de l'équipe des Maraudeurs du bonheur se retrouve pour charger les nombreux dons reçus en seulement trois semaines. Ce samedi là, à quelques jour de Noël, les boîtes du coeur sont nombreuses. Le convoi part en début de soirée en direction de Vincennes avec une quinzaine de personnes dans des véhicules chargés de plus de 200 repas, près de 300 boites de noël ainsi que des montagnes de linge et de vêtements chauds à distribuer.

 

Cette tournée s'organise en fonction des rencontres de la toute première maraude réalisée fin novembre afin d'entretenir les liens durables qui tient tant à coeur à l'équipe de bénévoles. Le cortège traverse Paris en remontant jusqu'à Stalingrad. A chaque tente aperçu sur le bord d'une rue, à chaque personne emmitouflée sous un porche, les équipes s'arrètent, prennent le temps de discuter avec ces hommes et ces femmes et leurs proposent un repas, des vêtements ou une boisson chaude.

 

Ce soir là, un coiffeur accompagne le groupe pour proposer ce service aux plus démunis et leur permettre de rester présentable malgré leur précarité. La détresse est partout, à chaque coin de rue. Les sans abris pour lutter contre le froid et trouver un peu de chaleur, s'installent sur des matelas de fortune près des bouches de métro. Sous la lumière blafarde des éclairages, en ce soir de couvre feu, le silence règne dans les rues de Paris. Les terrasses des brasseries sont closes, les touristes absents mais les sans-abris eux sont bien présents. Ces gens, habituellement invisibles dans l'effervescence de la vie nocturne apparaissent au grand jour. Ces bénévoles passeront une grande partie de leurs nuits à aller à la rencontre de la misère. Si les plus démunis ont besoin d'aide pour se nourrir, se vêtir ou se réchauffer, j'ai pu constater aussi à quel point l'échange humain est primordial pour eux et leur permet de garder le contact avec le monde qui n'a cessé de tourner autour d'eux.

Les maraudeurs du bonheur-67.jpg

LES MARAUDEURS DU BONHEUR

Les maraudeurs du bonheur-50.jpg

PORTRAIT

L'association, Les maraudeurs du bonheur a été créée par Inès, jeune femme de 25 ans. Issue d'une famille investie dans les actions solidaires, elle participe depuis des années à de multiples activités de bénévolat et s'engage auprès des foyers sociaux de sa ville.

 

Son admiration pour sa famille, investie dans les actions solidaires en France et en Algérie et l'envie de rendre hommage à son grand-père sont à l'initiative de son dévouement à l'égard des plus pauvres

 

C'est à la fin de l'automne, qu'Inès décide de préparer une maraude sur Paris. Elle lance alors un mini appel au don. Très vite rejointe par des amis qui veulent aussi s'investir dans ce projet et épaulée par sa mère ils passent à l'action fin novembre accompagnés par son père, habitué des maraudes.

 

Inès découvre alors l'ampleur de la tâche et le nombre impressionnant de sans-abris dans la capitale. Ils distribuent 250 repas ce soir là et c'est à cet instant qu'elle décide de poursuivre sur ce chemin.

 

Elle se rapproche des organismes humanitaires les plus connus et se rend compte qu'ils agissent de manière ponctuelle, principalement en hiver et pour des dons alimentaire avec très peu de produits d'hygiène.

 

Elle m'explique : "A mon sens les petites associations peuvent apporter beaucoup aux plus démunis car elles ont bien moins de contraintes et ne dépendent de personne. A terme, j'aimerais deux distributions par mois, l'une dans la rue, l'autre en foyer et cela toute l'année."

 

Connues dans la ville d'Igny pour les nombreux soutiens dont elle à déjà fait preuve auprès des personnes en situation de précarité, elle peut compter sur le soutien et la confiance des habitants qui savent que les dons seront redistribués intégralement sans aucun profit.

 

Inès a réussi à fédérer une trentaine de personne et toute l'équipe se mobilise pour cette cause à ses côtés. Aujourd'hui à la recherche d'un local notamment pour stocker les dons, l'équipe espère rapidement trouver une solution afin d'assurer des permanences pour les donateurs, et les demandeurs et permettre aux bénévoles de s'organiser.